Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer par email Imprimer la page Afficher/Masquer les liens sociaux

Canicule

Qu'est-ce qu'une canicule ?

La canicule se définit comme un niveau de très fortes chaleurs le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs. La définition de la canicule repose donc sur deux paramètres : la chaleur et la durée.

Comprendre le phénomène

Ma santé peut être en danger quand ces 3 conditions sont réunies:
 
  • il fait très chaud
  • la nuit, la température ne descend pas, ou très peu
  • cela dure plusieurs jours.

Quels sont les risques liés à la canicule ?

L’exposition d’une personne à une température extérieure élevée, pendant une période prolongée, sans période de fraîcheur suffisante pour permettre à l’organisme de récupérer, est susceptible d’entraîner de graves complications
Le corps humain peut voir ses capacités de régulation thermique dépassées et devenir inefficaces. Les périodes de fortes chaleurs sont alors propices aux pathologies liées à la chaleur, à l’aggravation de pathologies préexistantes ou à l’hyperthermie. Les personnes fragiles et les personnes exposées à la chaleur sont particulièrement en danger.
 
  • Selon l’âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs. Lorsque l’on est âgé, le corps transpire peu et il a donc du mal à se maintenir à 37°C. C’est pourquoi la température du corps peut alors augmenter : on risque le coup de chaleur (hyperthermie – température supérieure à 40°C avec altération de la conscience).
  • En ce qui concerne l’enfant et l’adulte, le corps transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température. Mais, en conséquence, on perd de l’eau et on risque la déshydratation.
  • Chez les travailleurs manuels, travaillant notamment à l’extérieur, le corps exposé à la chaleur transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température. Il y a un risque de déshydratation.

Quelles sont les personnes à risque ?

  • Les personnes âgées de plus de 65 ans.
  • Les nourrissons et les enfants, notamment les enfants de moins de 4 ans.
  • Les travailleurs manuels, travaillant notamment à l’extérieur (BTP, maçons, etc.).

D’autres personnes sont également susceptibles d’être plus à risque en période de canicule

  • Les personnes confinées au lit ou au fauteuil.
  • Les personnes souffrant de troubles mentaux (démences), de troubles du comportement, de difficultés de compréhension et d’orientation ou de pertes d’autonomie pour les actes de la vie quotidienne.
  • Les personnes ayant une méconnaissance du danger.
  • Les personnes sous traitement médicamenteux au long cours ou prenant certains médicaments pouvant interférer avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur.
  • Les personnes souffrant de maladies chroniques ou de pathologies aiguës au moment de la vague de chaleur.
  • Les personnes en situation de grande précarité, les personnes non conscientes du danger.

Exemples historiques

En 2003, durant l’été, la France a connu une canicule exceptionnelle qui a entraîné une surmortalité estimée à près de 15 000 décès. Le pays n’avait jamais été confronté à de telles conséquences sanitaires engendrées par une chaleur extrême. Ce phénomène a révélé la nécessité d’adapter le dispositif national de prévention et de soins et de mettre en place le Plan Canicule.

En 2006, la France a connu une autre vague de chaleur importante. Une étude menée conjointement par l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a permis de démontrer que l’excès de mortalité observé en juillet 2006 et lié à cette vague de chaleur a été trois fois moins important que ce qu’il aurait été au regard des études antérieures de modélisation chaleur/mortalité (2000 au lieu de 6500). Cette réduction importante observée sur la mortalité attendue face à une telle vague de chaleur découle probablement de l’appropriation, par les citoyens, des messages de prévention diffusés par les autorités publiques.

L’épisode de canicule survenu au mois d’août 2009 a été une nouvelle occasion de confirmer la robustesse de ce plan.

Plan Canicule

Depuis 2004, le Plan Canicule est révisé et amélioré chaque année. En savoir plus
 
Ce plan national comporte quatre niveaux :
 

Niveau 1 - veille saisonnière

  • Le niveau 1 - veille saisonnière correspond à une couleur verte sur la carte de vigilance météorologique.
  • Ce niveau est activé automatiquement du 1er juin au 31 août de chaque année. En cas de chaleur précoce ou tardive, la veille saisonnière peut être activée avant le 1er juin ou prolongée après le 31 août.
  • Vérification des dispositifs opérationnels, mise en place d’une surveillance météorologique et sanitaire, dispositif et ouverture de la plate forme téléphonique nationale : 0 800 06 66 66.

Niveau 2 - avertissement chaleur

  • Le niveau 2 - avertissement chaleur est une phase de veille renforcée permettant aux différents services de se préparer à une montée en charge en vue d’un éventuel passage au niveau 3 - alerte canicule et de renforcer des actions de communication locales et ciblées (en particulier la veille de week-end et de jour férié).

Niveau 3 - alerte canicule

  • Sur la base de la carte de vigilance météorologique de Météo-France (vigilance orange), les préfets de départements peuvent déclencher le niveau 3 - alerte canicule.
  • La décision de déclencher le niveau 3 - alerte canicule prend en compte, le cas échéant, la situation locale (niveau de pollution, facteurs populationnels de type grands rassemblements, etc.) et les indicateurs sanitaires en lien avec les Agences Régionales de Santé (ARS).
  • Une fois le niveau 3 - alerte canicule du Plan National Canicule activé, le préfet prend toutes les mesures adaptées dans le cadre du Plan de Gestion d’une Canicule Départemental (PGCD).
  • A ce niveau, des actions de prévention et de gestion sont mises en place par les services publics et les acteurs territoriaux de façon adaptée à l’intensité et à la durée du phénomène : actions de communication visant à rappeler les actions préventives individuelles à mettre en oeuvre (hydratation, mise à l’abri de la chaleur, …), déclenchement des « plans bleus » dans les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, mobilisation de la permanence des soins ambulatoires, des Services de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD), et des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD), activation par les mairies des registres communaux avec aide aux personnes âgées et handicapées isolées inscrites sur les registres, mesures pour les personnes sans abri, etc.

Niveau 4 - mobilisation maximale

  • Le niveau 4 - mobilisation maximale correspond à une vigilance météorologique rouge.
  • Ce niveau correspond à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d’effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d’électricité, feux de forêts, nécessité d’aménagement du temps de travail ou d’arrêt de certaines activités…). Cette situation nécessite la mise en œuvre de mesures exceptionnelles.
  • La crise devenant intersectorielle, elle nécessite une mobilisation maximale et une coordination de la réponse de l’Etat avec l’activation de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC) qui regroupe l’ensemble des ministères concernés.
Attention canicule : personnes âgées (INPES) vidéo publiée par soignerorg
 
Attention canicule : adultes et enfants (INPES) vidéo publiée par soignerorg

Guide de situations d'urgence

Etes-vous concerné par ce risque ?

Consulter la carte de vigilance de Météo France (mise à jour à 06h00 et à 16h00) et les conseils de Météo France selon les niveaux de vigilance

Victimes : vos démarches

Le site Service Public met à votre disposition toutes informations relatives aux assurances en cas de catastrophes naturelles.

 

Numéro utile

Plateforme téléphonique "canicule info service" 0 800 06 66 66 (appel gratuit)  ouvert en cas d'épisode de forte chaleur, tous les jours de 9h à 19h.