Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer par email Imprimer la page Afficher/Masquer les liens sociaux

Comment se prépare l'Etat face aux risques?


L’Etat dispose d’un arsenal de plans, développés au niveau local ou national en prévision d’accidents de grande ampleur et de catastrophes, destiné à favoriser la qualité de sa réaction et de ses actions.
 
Le SGDSN (Secrétariat général de la défense et la sécurité nationale) assiste le Premier ministre pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi des décisions du gouvernement en matière politique générale de la défense.
Il est chargé d’élaborer la planification nationale de sécurité ayant  pour but d’anticiper les crises majeures et d’y répondre et de veiller à la cohérence de la politique d’entraînement et de conduite des exercices.
 
Ces plans s’appliquent à tous les échelons des différents ministères et services de l’Etat. Ils permettent de coordonner les actions entre les ministères et entre le niveau national et l’échelon territorial.

Les plans consistent notamment à
  • Permettre une optimisation de la mobilisation des ressources utiles pour faire face aux situations.
  • Faciliter et guider le processus de prise de décision des autorités publiques.
  • Proposer des mesures et plans d’action.

Les principaux plans 

Les plans d’urgence sont des documents prévoyant, en cas de circonstances exceptionnelles, les modalités d’évacuation. La notion de plan d'urgence repose sur la prévision. La construction d'un plan d'urgence consiste également en la formation du personnel d'intervention afin de pouvoir gérer une situation de stress.
 
  • Le plan rouge est un plan d’urgence destiné à secourir un nombre important de victimes dans un même lieu, et à organiser les moyens de premiers soins par rapport à cette concentration des victimes.
  • Le plan blanc un plan d’urgence visant à faire face à une activité accrue d'un hôpital, comme un afflux massif de victimes d'un accident, d'une épidémie ou d'un événement climatique meurtrier et durable comme une canicule.
  • Le plan ORSEC  ( Organisation de la Réponse de Sécurité Civile) est un programme d'organisation des secours à l'échelon départemental, en cas de catastrophe, permettant une mise en œuvre rapide et efficace de tous les moyens nécessaires sous l'autorité du préfet.
Ces trois plans pouvent être déclenchés de manière indépendante.
 

Les plans thématiques comme
 
  • Plan Grand froid est un dispositif de textes rappelant les recommandations pour détecter, prévenir et maîtriser les conséquences sanitaires et infectieuses, ainsi que l’impact sanitaire d’une vague de froid, et faire face à d’éventuels pics d’activité, en optimisant l’organisation des soins. 
  • Plan Canicule : Le premier niveau d’activation correspond à l’installation du dispositif de veille assuré par Météo-France et par l’Institut de veille sanitaire (INVS), afin de détecter au mieux la survenue d’une éventuelle canicule. Ce niveau est activé du 1er juin au 31 août 2011 avec la mise en service de la plate-forme téléphonique "canicule info service". 
  • Plan Pandémie grippale décrit la stratégie de réponse de l’Etat en privilégiant la flexibilité et l’adaptation aux caractéristiques de la pandémie. Il a vocation à constituer un guide d'aide à la prise de décision pour l’ensemble des acteurs. Il est accessible au grand public.
  • Plan Vigipirate est un plan gouvernemental de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces terroristes.Il relève du Premier ministre,responsable de l'action du gouvernement en matière de sécurité nationale.
 
Les plans particuliers d’intervention (risque précis mais non localisés, par exemple risque technologique, chimique)
 
Les plans de secours spécialisés (relatifs à un lieu précis, site classé Seveso, centrale nucléaire…) 
 
Les plans de veille (Biotox et Piratox) 
 
Le plan Vigipirate constitue un pivot sur lequel s’appuient les plans d’intervention et de secours spécifiques aux menaces terroristes. Ces plans d’intervention «  Pirate » sont déclenchés par le Premier ministre en cas de menace précise ou d’attaque terroriste utilisant un moyen d’agression spécifique : Piratome pour une matière nucléaire ou radiologique, Piratox pour un produit chimique toxique, Biotox pour un agent biologique pathogène, Piranet pour une attaque sur les systèmes d’information, Piratair contre le terrorisme aérien.

 

Ces plans sont actualisés en fonction de l’évolution des risques et menaces. Ils définissent une structure de gestion de crise et de traitement des informations, ainsi que les actions que doivent entreprendre les autorités. Ils servent de matrice à la réalisation d’exercices locaux ( équipes et cadres de terrain), nationaux ( les administrations centrales) et majeurs ( avec la participation de ministres ou de leurs cabinets).